Fouillez-tout.com (MC)


 

 

 Chroniques précédentes

 
· 

C'est bientôt la fête des Mamans !

· 

C'est la fête nationale !

· 

 

La Romance du Vin

Csurlatele

 


Chroniques précédentes
' All Hallow's Eve'… l'Halloween

C'est le soir tant attendu. Maman a immolé la gigantesque citrouille qu'on a achetée la semaine dernière pour être certain d'en avoir une belle! Elle a pris un minuscule couteau et, comme une grande prêtresse animant un rituel païen, elle a sculpté des yeux, creusé un nez, et fait apparaître une bouche avec des dents manquantes... C'était comme grand-papa juste avant qu'il soit mort! J'aimais beaucoup ce petit coupe-patates. Maman m'avait déjà intercepté avant le départ pour l'école avec la petite lame enfouie dans ma poche arrière…

- Où t'en va-tu avec mon couteau à patate mon petit 'sa Kirpan'…

Moi, j'avais compris sacripant!

Pierrette et Jeanne, mes soeurs, trépignent d'impatience. On se prépare à attaquer les résidences des voisins à coups de Trick or Treat (des bonbons ou on vous fait un mauvais tour)… En anglais, c'est plus court. Et ils ont pas le temps de réfléchir ou de nous fermer la porte en pleine face...

Dans le quartier, les policiers font du temps supplémentaire. Leur Chef en a fait des prisonniers d'un en-droit commun... un coin de rue. Habituellement, on les voit jamais, sauf lorsqu'ils attrapent papa quand il fait un stop américain, mais au Québec seulement car aux États c'est permis, ou lorsqu'on est en retard pour la pratique de hockey, ou lorsque qu'on va chercher des beignets chez Monsieur Donut... le deuxième poste de police de la ville. Ils appellent ça la surveillance de quartier!

Les flics occupent l'intersection et peignent l'avenue tantôt en bleu, tantôt en rouge, avec leurs gyrophares qui clignotent alternativement pour inciter les automobilistes à la prudence:

- De grâce, conduisez prudemment! Je ne voudrais pas qu'on me frappe avec mon gros sac de bonbons.

Nous dévalisons la petite rue. Nous accélérons la cadence à chaque porte…comme si nous avions peur de manquer de friandises. C'est la course au sac le plus rempli... Celui qui a le plus de bonbons gagne la compétition.

- Tiens ! Monsieur Corbeil a pas décoré sa maison…

On sonne tout de même…On dirait qu'il y a personne…Ou bien ils sont à court de papillotes, ou bien ce sont des radins. Leur fils est pourtant venu chez nous pour quémander des bonbons. Je l'ai vu quand je m'habillais. Peut-être qu'ils sont des Baptistes, car les vrais chrétiens participent pas aux fêtes païennes. Papa dit que tous les chrétiens sont des païens car ils adorent les statues de la Vierge et de Saint-Joseph... même à genoux dans la fange.

- Merde! Y font perdre du temps précieux...

Nous nous regardons en silence, et nous fonçons vers la prochaine citrouille allumée…

- La charité s'il vous plaîîîîîîît !… Merciiiiii !

Après deux heures de course, d'escaliers à monter et descendre, et de haies à enjamber, nous sommes épuisés. Jeanne veut sacrer son camp à maison… Pierrette a mal aux pieds.

- Criss! Vous auriez pas pu mettre des runnings comme moi!

Après avoir maîtrisé ma déception, je jette un "Bon ! C'est correct…On s'en va."

Arrivés sains et saufs à la maison, maman nous ouvre la porte toute grande. Nous nous engouffrons dans l'ouverture avec les courants d'air frais d'automne. Vivement, je me défais de mon déguisement à la con et de mes souliers de course, car maman ne tolère pas qu'on marche sur ses parquets luisants. Enfin, ils l'étaient presque avant qu'on rentre! Nous nous installons, Pierrette, Jeanne et moi, autour de la table de la salle à dîner, et nous étalons notre butin sous le regard inquisiteur de notre mère.


- Les pommes…On les jette !… qu'elle dit. Les bonbons qui sont pas enveloppés aussi…

Je fais le tri dans la montagne de friandises; les petites barres de chocolat ici, les tires par-là, les suçons, les bonbons durs, les réglisses, les chips…

La petite boîte de l'Unicef est pleine à craquer de piécettes sonores. À l'école, ils ont dit que c'était pour acheter des livres et des médicaments pour les sans abris du tiers monde, loin, très loin dans l'Afrique reculée…Des pauvres démunis. Un jour, au centre-ville, un monsieur en guenilles avec une vieille tuque des Nordiques enfoncée jusqu'aux sourcils s'est approché et a tendu la main;

- La charité s'il vous plaît…Vous auriez pas quê'que trente sous ?

Je m'étais dit que ça ressemblait étrangement à l'Halloween, sauf qu'on était deux jours après! Papa lui a donné un billet de deux dollars, il avait plus de monnaie. Je savais pas qu'il y avait des personnes âgées qui avaient le droit de quêter des friandises et de l'argent pour les pauvres, et ce même toute l'année ! J'ai alors demandé à papa si mes sous de l'Unicef lui seraient versés, même s'il n'habitait pas au tiers monde, car papa disait que c'était un pauvre, un pauvre gars qui avait pas eu de chance comme nous, qu'il était probablement sans abris et qu'il en aurait sûrement besoin... de mes sous!

Lorsque je lui ai dit, à mon prof, à qui donner les sous de ma petite boîte, il m'a dit que les pauvres d'ici c'était les riches d'Afrique... Mais j'ai tout de même insisté pour qu'on donne mes sous au Monsieur du Centre-ville. Je vais écrire un petit mot à l'Unicef pour qu'ils aident le pauvre Monsieur.

La soirée de l'halloween passée à crier La charité s'il vous plaît est déjà terminée… Dans la cour d'école, demain matin, ce sera plutôt 'Tes bonbons ou une claque sur la gueule!'…Les profs appellent ça le taxage, mais c'est une autre histoire. Ça n'a rien à voir avec la fête de l'Halloween. C'est pourquoi je ne mettrai dans mes poches que les papillotes les plus dégueulasses demain matin…On sait jamais!

 

Historique de l'Halloween


L'Halloween tire son origine d'une fête celtique, la Samain, qui marquait le1er jour de l'année celte. Celle-ci était divisée en 2 cycles de 6 mois. La Samain se célébrait le 1er novembre. Mais les Celtes comptaient en nuits, et non en jours, de sorte que la célébration devait commencer le 31 octobre au soir. Les druides, qui célébraient cette nuit croyaient aux sorcières et aux fantômes. Ils allumaient de grands feux pour honorer le Soleil et faire peur aux mauvais esprits. La nuit bien sûr, les vivants pouvaient rencontrer les défunts qui revenaient du Royaume d'Ankou. C'était donc pour eux la fête des morts! Fête qui fut reprise par les catholique; le jour de la Toussaint, moins les sorcières et leur balais.





Par Alain Bellemare

 

Dr Fouyot
recommande...



La Romance du Vin Vignoble



Porte ouverte sur la francophonie



La Romance du Vin Vignoble



Villa D'Orta



Les chansons de Sabrina Sabotage



Hélène Léveillée Artiste Peintre


MP3    Vidéo    Images    Cotes boursières
Fouillez ...vous trouverez!
Cartes de souhaits dans Fouillez-tout        tout le web


Accueil   •   Ajoutez (modifiez) votre site!   •   Hébergez Fouillez-Tout sur votre site   •   Recommandez Fouillez-Tout
 À propos de Fouillez-Tout   •   Annoncez sur Fouillez-Tout   •   Ajoutez Fouillez-Tout   •   Contactez-nous  


Tous droits réservés.